dimanche 23 avril 2017

Comment j'ai choisi ma machine à coudre?



L'idée de changer ma machine à coudre me trottait dans la tête depuis pas mal de temps.
J'ai une Singer Stylist 9960 depuis 4 ans. Je peux dire qu'elle tourne à plein régime depuis et je pense avoir atteint aujourd'hui ses limites.

Je vous explique ici ma démarche (tout comme j'avais fait pour ma surjeteuse)

POURQUOI JE CHANGE?
 

Ma Singer Stylist 9960 est une machine à coudre bien équipée, électronique, qui fait "tout" mais elle a des faiblesses qui me font maintenant rager.
- la régularité : les points ne sont pas toujours parfaits
- la tension parfois capricieuse
- les épaisseurs passent sans soucis mais les points ne sont pas top top

Bref, moi qui suis très tatillonne, je ne vois que ça.
Donc adieu ma Singer, je profite de mon anniversaire (enfin il est dans 4 mois) et de mon actualité couturesque très riche pour changer.

Mes critères de choix

- Robustesse : je veux une machine durable dans le temps
- Fiabilité : je souhaite pouvoir compter sur elle et qu'elle m'apporte une régularité de point que je n'ai pas toujours aujourd'hui
- Puissance : je veux coudre aussi bien de la soie que 4 épaisseurs de simili cuir sans qu'elle ne bronche ou me donne un résultat irrégulier
- Facile et convivialeje ne veux pas mettre 1 an pour savoir m'en servir. Il me faut une machine intuitive.
- Certaines options non négociables
   * Tension du fil automatique (bien qu'on m'ait dit que ce n'était pas si automatique que ça, ça n'analyse pas le type de tissu que l'on coud)
   * coupe-fil automatique (que j'adore sur ma machine)
   * machine électronique avec plusieurs points et les boutonnières automatiques.

Avant de commencer les démarches pour choisir une machine, sachez toujours ce que vous voulez et les points non négociables. Le choix sera plus facile.

Le Budget

Il y a des machines de tous les budgets. Avant tout, définissez votre budget max pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

De mon côté, je voulais ma Singer Stylist mais plus qualitative. Je me suis vite aperçu qu'il fallait donc atteindre pour ça un budget entre 1000 et 1200€.

Les modèles dont je vais vous parler sont donc dans ce budget. Néanmoins, les explications que je vais vous donner sur les différentes marques sont valables peu importe le budget. Cela peut vous aider à choisir votre première machine comme une machine plus évoluée.

Ma démarche

Je vous explique la manière dont j'ai procédé pour choisir ma machine. C'est un choix très personnel, avec des variables personnelles (les options voulues, le budget...). Vous ne vous retrouverez peut être pas dans ce que je dis, vous ne serez peut être pas d'accord, vous avez votre propre expérience des marques. C'est MON choix perso, le votre peut être tout autre.

Pour choisir, je me suis dis que la meilleure manière serait de parler à des pros. J'ai donc téléphoné à 6 boutiques spécialisées dans la vente de machine à coudre (qui propose en vente de nombreuses marques). Je les ai trouvé sur le net, j'ai choisi des boutiques qui vendaient sur le net ET qui avaient pignon sur rue pour plus de sécurité.
Dans la plupart des cas, je suis tombée sur les mécanos de la boutique (qui réparent les machines). Je pense qu'ils sont les mieux placés pour parler de ce sujet.

Sur Rennes, il y a quelques boutiques qui vendent des machines à coudre mais à chaque fois elles ne proposent qu'une ou deux marques. Donc forcément, le choix est vite influencé. Je voulais des boutiques qui vendent de tout pour avoir un vrai recul.

Je leur ai posé dans l'ordre ces questions : 
- j'ai une Singer Stylist que je souhaite changer
- je veux la même mais en plus qualitative, robuste et fiable
- j'ai un budget d'environ 1000€
- que me conseillez vous?

Pas plus, pas moins afin de ne pas les influencer.

Les Marques




     Que j'ai abordé en fin de conversation :

SINGER

Tout d'abord, on m'a clairement dit à chaque fois : "oubliez Singer". Ca m'a choqué car pour moi, c'est la référence en machine, la plus connue. Mais depuis le changement de lieu de fabrication depuis plusieurs années, Singer n'a pas réussi à garder son niveau de qualité et ce sont désormais des machines  peu fiables, peu qualitatives et qui sont de moins en moins vendues (certaines boutiques que j'ai appelé ne vendent même plus la marque).

Pourtant, je pense que Singer essaye de renouer avec le succès. Ils ont sorti récemment un nouveau modèle de machine mécanique pour débutant absolument craquant.
Je n'ai aucun retour sur ces machines, je ne sais pas ce qu'elles valent. Je salue uniquement l'effort fait sur le design car je trouve que ça manque cruellement aux machines à coudre. Avouons, rares sont les machines qui sont vraiment jolies et originales. Sorties du blanc, ya plus personne.




PFAFF

J'ai posé la question sur cette marque parce qu'on la voit partout sur le net en ce moment. Pas mal de blogueuses s'en sont équipées récemment (ou ont été équipées par la marque gracieusement?). Et puis avouons, elles sont sympas avec leur design coloré (rose/violet ou turquoise).




A chaque fois, la réponse des vendeurs a été claire : "ce n'est plus ce que c'était".
Il y a peu, PFAFF a délocalisé son usine de fabrication et depuis, les machines qui en sortent ont perdu leur fiabilité et leur robustesse qui faisait la renommée de la marque. De plus, leurs moteurs sont moins puissants et plus sujets à la panne.
On m'a fait comprendre que : 
- ancienne PFAFF : au top
- nouvelle PFAFF : pas conseillée

JUKI

J'ai discuté de la marque japonaise qui monte. Je connais de nombreuses personnes qui en possèdent une et qui en sont très très satisfaites (ma mère par exemple qui a une mécanique depuis 5-6 ans, mon amie Valérie qui a investi dans une belle machine électronique l'année dernière).



On a souvent coupé court en me disant que ce sont des très bonnes machines, qualitatives mais vendues en circuit fermé et que de ce fait le service après vente est pratiquement inexistant. 
C'est la seule raison pour laquelle on ne me les conseillait pas.
Donc normalement, si ce sont des machines qualitatives, elles ne devraient pas tomber en panne les premières années et donc le service après-vente serait inutile... ? (déduction personnelle).
Par contre, on m'a dit que leurs surjeteuses étaient redoutables.

     Dont on m'a parlé spontanément:

Toutes les boutiques m'ont parlé de 3 marques, à chaque fois, toujours ces 3 marques.

BERNINA

Marque Suisse, le haut de gamme, la meilleure marque de machine à coudre.



Je vous en ai déjà parlé dans mes articles sur la surjeteuse.
C'est LA marque de référence pour des machines fiables, extra régulières (apparemment, ce sont leur machine qui font les plus beaux points), robustes, durables... Bref le top du top.
Néanmoins, on m'a expliqué 1 fois qu'une machine Bernina de :
 - 1000 € : bof, on trouve mieux niveau rapport qualité/prix ailleurs
 + 1000 € : on ne trouve pas mieux.
Je résume mais en gros c'est ça. Les modèles de base genre Bernette sont de moins bonne qualité que d'autre machine d'autre marque moins chères. Par contre, si on a un beau budget , on peut partir sur Bernina, c'est le mieux.

Les Bernina sont des machines simples, sans fioritures. Elles sont livrées avec très peu d'accessoires, peu de pieds... Ce ne sont pas des machines que l'on achète au coup de cœur, soyons d'accord. A côté d'une Brother souvent sur-équipée de base, Bernina fait un peu pitié.

Les accessoires sont exclusifs Bernina. Pas de pied universel... tout est propriétaire (c'est un peu comme le monde Apple).
Prenons un pied de biche pour zip invisible par exemple : 
- Bernina : 46€
- pied universel clic-clac en métal : 8€
Vous voyez où le bas blesse? En sachant que les machines Bernina (même les modèles de compet à 1800€) sont livrées avec 5 pieds de biche de base... cela demande plusieurs centaines d'euros d'équipement supplémentaires pour avoir les pieds à double entrainement, à biais, à passepoil, à zip invisible...

J'ai donc hésité longtemps, mettre le prix et garder la machine des dizaines d'année? Je suis tellement contente de ma surjeteuse. Et puis je me suis dit que là, le budget aurait été beaucoup trop gros, que je n'aurai pas forcément eu les finances de suite pour acheter les accessoires manquants. Bref, j'abandonne l'idée. Un jour peut être mais pas aujourd'hui.

BROTHER

Les machines (japonnaise) Brother sont connues et reconnues.
Avant ces discussions, j'avais une vision étroite de Brother. Pour moi ce sont des machines sympas, très conviviales, extra équipées mais je ne pensais pas qu'elles étaient dans le top 3 au niveau qualité. Pourtant on m'a certifié que Brother sort des machines de très bonne qualité, robustes et durables.

Ce sont d'ailleurs vers celles-ci que je vous orienterai si vous devez acheter une machine pour débuter. Elle sont conviviales, funny, bien équipées et faciles d'utilisation.

JANOME

Leader mondial (je ne savais pas), marque japonaise (je ne savais pas), très qualitative (je ne savais pas).
Janome pour moi avant ces discussions était une marque que je n'aurai même pas abordée. Dans ma tête, elle collait avec l'image d'une marque un peu vieillotte comme Pfaff (comme quoi on a des aprioris vraiment sur tout !!!).
Et bien non, j'avais encore tout faux. Toutes les boutiques ont été claires avec moi : JANOME est une très grande marque qui ne feint pas sa réputation.
Apparemment, la dernière gamme sortie il y a 2 ans chez Janome : la Skyline est de la bombe.

Les Modèles

En enlevant la marque Bernina de ma liste pour les raisons évoquées plus haut, il me restait donc 2 marques conseillées : JANOME et BROTHER.

Pour mon utilisation, mes critères de choix, ma fréquence d'utilisation et mon budget, les boutiques m'ont toutes conseillées ces 2 modèles
- la BROTHER 1300 à environ 1200€ (prix variable en fonction des sites)
- la JANOME S5 à 999€ (au même prix partout)

J'ai trouvé très réconfortant et rassurant le fait que les vendeurs ou mécanos me parlent d'eux même des 2 mêmes modèles. Je me suis dit que j'étais sur la bonne voie.

Ces machines sont similaires en pratiquement tout. La plus grosse différence est : 
- l'entrainement de la Brother 1300 est le même que sur une industrielle en carré. Cela permet une meilleure prise des tissus très épais ou à l'inverse très fins et donc une régularité de la couture et des points pro.
- la plaque sur la Janome peut être changée en appuyant sur un levier (plus de tournevis). Une plaque spécifiquement créée pour le point droit est livrée avec. Ainsi, même les tissus fins ne seront plus abîmés ou mal entraînés. Et une seconde plaque pour tous les autres points.

Sur le reste, elles sont très semblables : 
- tension automatique ou manuelle
- coupe-fil automatique
- plusieurs positions de l'aiguille possible
- bras libre
- énorme espace de travail (bien plus grand que ma machine actuelle)
- panneau tactile
- grande vitesse de couture (1000 points minute)
- poids (10kg)
- livrée avec une genouillère pour relever et baisser le pied de biche avec le genou (le rêve :o)
- 170 points différents pour la Brother, 240 pour la Janome (mais soyons honnête, on ne choisit pas une machine pour son nombre de points vu qu'à l'usage, on ne s'en sert que de 5 max)
- livrée avec 11 pieds de biche pour la Brother et 15 pour la Janome dont le pied à double entrainement pour les 2 machines (top)
- plusieurs boutonnières automatiques (on appuie sur le bouton et ça coud absolument tout seul)
- largeur de point max : 9 mm (c'est énorme)

On m'a assuré que les 2 machines ne vibraient pas même en vitesse haute et faisait le même volume sonore.

Donc comment choisir?
Et bien simplement, j'ai posé la question : 
- entre la Brother 1300 et la Janome S5, vous me conseillez laquelle?

5 fois sur 6, on m'a répondu "La Janome S5". Cette marque offre des machines plus puissantes et une Janome passera toujours plus d'épaisseur qu'une Brother.
Bon ben voilà, j'avais fait mon choix.


Où l'acheter?

Reste à savoir où commander la machine. Bien que toutes les boutiques que j'ai appelé étaient avenantes et sympas, j'ai adoré les bons conseils de David du site France Machine à Coudre. Il est mécano et connait toutes les machines qu'il vend sur le bout des doigts. Il m'a expliqué qu'avant de vendre un modèle, il en achetait un, démontait la machine et voyait si c'était de la qualité. Si le test était concluant, il mettait en vente le modèle dans sa boutique.

Il n'a pas hésité à prendre beaucoup de temps (à de nombreuses reprises) pour me parler. Ce qui m'a sans doute séduite, c'est quand je lui ai parlé de la gamme au dessus de la Janome S5, la version S7. Il m'a expliqué les différences et m'a clairement dit que cela ne justifiait pas les 500€ d'écart de prix. J'ai trouvé que c'était très honnête de sa part, il aurait pu me pousser à la vente et ne l'a pas fait.

De plus, il m'a offert les pieds de biche manquants à ma machine, des canettes, aiguilles, m'a expédié le tout le jour du paiement et elle est arrivée le lendemain par transporteur. Ce n'est pas royal franchement?

J'espère que ce long (très long) article vous a plu et intéressé. Si vous avez des remarques ou ajouts à faire, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires. Ça peut aider d'autres personnes à faire leur choix.

vendredi 14 avril 2017

Jupe 1001 perles boutonnée


Une version de la jupe 1001 perles sortie du placard. Je l'ai cousu il y a plus d'un an !!

Détail du patron :



Il s'agit de la jupe 1001 perles d'Ivanne S, LA jupe aux mille visages. Je vous ai parlé longuement de ce modèle dans mon article crash-test (ce que je pense du patron, où l'acheter, comment il taille...). C'est un énorme coup de coeur, si vous ne le connaissez pas encore, foncez, c'est de la bombe !!

Et puis comme je commence à être addict, je trouverez toutes mes réalisations de cette jupe ici.

    Je suis partie sur la version B, boutonnée sur le devant. J'ai conservé les poches (je ne peux que vous conseiller de les conserver, elles permettent d'apporter un twist facile avec un autre tissu, elles font tout le charme de la jupe).
Le look "parfaite jupe en jean" m'a de suite attirée. Je me suis donc lâchée sur les surpiqûres sans pour autant trop les montrer (fil de la même couleur que le tissu).
  Le montage est très astucieux, c'est impressionnant, tout est pensé. Les finitions des pattes de boutonnage sont professionnelles et les explications prennent en compte l'ourlet traditionnel ou à l'aide d'un biais rapporté. 
Bref, c'est encore une jolie version, la plus longue à réaliser des 4 je pense (patte de boutonnage, boutonnières, pose de boutons...) mais elle vaut le détour. 

Comme toujours, les explications sont limpides avec Ivanne et le patron est donc tout à faire abordable pour les débutantes.


Tissus utilisés :
 
 


- encore et toujours mon coupon de 3 mètres de jean déniché sur le site du Marché de Saint Pierre. Je vous ai parlé de ce tissu à de nombreuses reprises (ici ou ici).

- j'ai utilisé un tissu de mon stock pour les poches et la ceinture intérieure trouvé sur mes sites US chouchous (Dear Stella House Designer - Secret Forest In Gray). J'ai trouvé l'association des 2 tissus fortuite et le côté bucolique me plaisait beaucoup.
 
- du passepoil maison réalisé avec une bande de 3cm de mon tissu imprimé (pas besoin de la couper dans le biais du tissu car ici point de courbes à border, que des lignes droites). Je vous ai rédigé un tuto sur le sujet.

- de la Viesline H200 (que j'ai doublé sur la ceinture devant intérieure uniquement car une seule couche me paraissait un peu mince)

- du biais motif ancres pour ganser les poches

- 1 élastique de 5 cm de large sur 35 cms de long

- 6 boutons de mon stock

Matériel :
 

- je vous redirige vers mon article très complet sur le sujet ou celui ci pour du matériel un peu plus "fun".

J'ai utilisé ici : 
- mes ciseaux à tissus et de précision. Idéaux pour cranter (malgré les épaisseurs!!!), couper les fils... bref c'est mon couteau suisse à moi :o)
 
- mon papier patron fétiche (je vous en ai longuement parlé ici
- mon cutter rotatif qui me fait gagner un temps fou pour couper le tissu
- ma règle à patchwork 
- mon tapis de découpe 
- mon crayon-craie pour marquer les repères. Facile avec ses mines de différentes couleurs.
- mes pinces chouchoutes, idéale pour ne pas oublier une épingle quand on surjette... (expérience expérience)


- mon couturomètre ou ma jauge 5 en 1 pour mesurer correctement la valeur d'ourlet ou replis

Modifications apportées :
 

- aucune, je suis partie sur la version B, avec les poches italiennes dans une taille 42 en largeur et 56 en longueur (pour mon 1.71m et je la trouve trop courte, il lui manque 4 bons cms).

Donc au niveau mensurations largeur --> nickel, au niveau longueur --> à rallonger (j'ai eu le même soucis avec la jupe mini perle de ma fille)

- J'ai réalisé 6 boutonnières au lieu des 5 préconisées. J'ai lu deci delà que certaines faisaient de fausses pattes de boutonnages en cousant uniquement les boutons, c'est possible et on y verra que du feu, avis aux pressées :o)

Problèmes rencontrés : 
 

- aucun, je me suis appliquée pour avoir des jolies surpiqures et de belles finitions. J'ai bouclée la jupe en 1/2 journée.

Résultat :
 

- Je l'adore et elle sera facilement portable au vue de sa couleur. 

Attention, je me suis un peu lâchée sur les photos :o)


Passepoil maison qui souligne les lignes de poches et de taille, le petit détail chic !!
Poches italiennes et passepoil
Dos élastiqué recto et verso. Les surpiqures le long de l'élastique permet de minimiser l'effet "bouffant"
Détails des poches intérieures gansées par du biais, finition impeccable
Coutures anglaises surpiquées et détail des pattes de boutonnage
Jupe recto et verso, finitions au top !!
Les boutonnières et boutons, 6 ici. La finition de la patte de boutonnage est très bien expliquée et le rendu est pro.
Si si, je vous jure, j'ai fait une vraie patte de boutonnage !!!! la preuve en image
jeu de boutons